Contines des jours ...

 

 
 

Ode

 

 

j'aimerais savoir rire à gorge déployée
et roter lorsque l'envie m'en prend
j'aimerais palper la gueusine
et la coucher de temps en temps

rire roter palper et coucher
le dégoût du bien pensant

j'aimerais voler pour savoir l'honnêteté
et tuer une fois pour voir un type se vider
j'aimerais battre un ennemi à mort
et supprimer l'enfant qui n'est pas désiré

tuer voler battre et supprimer
les journaux c'est pas pour soi

j'aimerais aimer les sous d'une vieille
et les claquer pour un adonis
j'aimerais haïr et savoir le montrer
et mépriser au grand jour

aimer claquer haïr et mépriser
offensent le céleste

j'aimerais violer une bonne sœur inutile
et châtrer le noir qui pue
j'aimerais me vautrer dans le fauteuil du patron
et le faire scribouiller à ma place

violer châtrer et envier
pour les autres tout ça

j'aimerais écorcher les vérités bourgeoises
et piétiner la rancune prolétarienne
j'aimerais bousculer les idées toutes faites
et précipiter les tabous en éclats

écorcher piétiner bousculer
peur d'être lapidé

tout quitter pour vivre
et courir sur les convenances
ne pas crever de mort lente
et voir la vie par-delà des barbelés

tout quitter courir
partir vers le possible qui précède goguenard.

 


retour