Contines des jours ...

 

 
 

Enterrement

 

 

Noir, il passe le cortège de manteaux
Précédé du fourgon noir ;
La famille grise dans ses habits de noir
Pleure. Taches rouges sur fond sombre.

Et la femme et la sœur, épaves que l'on porte,
Ruminent le cadavre. Il était beau
Il était grand, il était fort. Souvenirs,
Porte-manteaux du cœur.

La masse bourdonne, chuchote, fredonne.
On la suit cette caisse ; ça se fait.
On pense aux affaires, aux ennuis.
Peu importe le cadavre, il n'a plus de soucis.

Et la femme et la sœur, les yeux secs enfin,
Lâcheront l'ombre que l'on ne peut retenir
Et qui fuit. Elle s'estompe. À son tour
Elle meurt

Celui qu'on pleurait est mort
Une seconde fois. Lui pleure
Et la femme et la sœur rient.

 


retour