Rencontre d'Espaces




 


INDE 2001-2002


Au long du Gange sacré
Varanasi - Bénarès

(retour au sommaire)





SANATANA DHARMA

 

 

 

 

Au long du Gange sacré : Varanasi - Bénarès

(21 septembre - 1er décembre 2001 -- 15 janvier - mars 2002)





SANATANA DHARMA

 


Les Hindous appellent leur religion Sanatana Dharma, c'est-à-dire : " Loi antique ".

Cette religion sans dogme précis ne demande à ses adeptes que d'adhérer à quatre principes qui sont :
- le caractère sacré des Veda et des vaches.
- la distinction des castes ; plus la distinction, en dehors de celles-ci, des hors-castes impurs et intouchables.
- la suprématie des brahmanes.
- la loi du Karman (action), c'est-à-dire l'enchaînement des causes et des effets, d'après laquelle le " moi " individuel (le jîva) se réincarne selon ses oeuvres, au cours de vies successives.

A part ces quatre principes, un hindou est libre de croire ce qu'il veut, mais le rejet de n'importe lequel de ceux-ci l'exclut automatiquement du giron du Sanatana Dharma. Par analogie, on peut assimiler son attitude à celle d'un catholique romain qui nierait la suprématie spirituelle du pape, le dogme de la Trinité ou la divinité de Jésus.

Alexandra David Néel


" Dans l'Inde moderne, nous avons un nombre infini de groupes qui se dénomment " castes ". Les brahmanes ne sont pas seulement divisés en Panch Gouras et Panch Dravidas, selon qu'ils vivent au nord ou au sud des monts Vindhya, mais ils sont aussi subdivisés en environ mille huit cent quatre vingt-six différentes catégories. Rien qu'au Punjab il existe quatre cent soixante-neuf de celles-ci. Dans les provinces unies (une des divisions administratives de l'Inde avant son indépendance) les castes supérieures des brahmanes incluent neuf subdivisions et les castes inférieures huit subdivisions. Les rajpouts (qui se tiennent pour kshatriyas) comptent quarante-deux subdivisions et les vaishyas en comptent dix.

" Néanmoins, ces subdivisions sont seulement les principales catégories qui existent parmi ceux qui prétendent être brahmanes, kshatriyas ou vaishyas et qui sont reconnus comme tels. Chacune de ces subdivisions est, à son tour, subdivisée jusqu'à ne plus comprendre comme membres que quelques familles, dont chacune prétend former une caste particulière.

" En dehors de ceux qui sont ainsi catalogués, il existe une vaste multitude de gens qui revendiquent soit la qualité de brahmine, soit celle de kshatriya, soit celle de vaishya, mais qui ne sont pas reconnus.

" Quant aux soudras, leurs différentes catégories sont encore beaucoup plus nombreuses. Souvent, la profession a pris le rang de caste et, même alors, la profession comprend différentes castes (Rai Bahadur Lala Baij Nath : Hinduism Ancient and Modern ). "

retour au sommaire